Costa Rica : Plongée à Isla de Caño

(Crédit photo Pirate Cove)

Après notre long périple, nous voilà posé sur le bord de l’océan pacifique, pour entamer notre deuxième jour. Ici le soleil se lève et se couche tôt. Afin de profiter de la nature et de ce qu’elle nous offre, on change de rythme avec un levé à 6h du matin. Au programme du jour, nous partons explorer la Isla de Caño, ou plus précisément ses fonds sous-marins. Pas de photos pour ce jour-ci, mais une belle expérience à raconter !

Je ne voulais manquer une plongée dans un lieu pareil pour rien au monde. Gaëlle et Christian n’étant pas plongeurs, on s’arrange pour qu’ils puissent profiter depuis la surface avec un autre groupe, pendant que je pars explorer les profondeurs. Comme on l’apprend vite ici, tout commence par la plage, avec un bateau qui vient nous chercher de bon matin. On saute un coup dans l’eau, on grimpe à bord et c’est parti pour 45 minutes de navigation dans le bleu.

L’objectif est l’Isla de Caño donc, une île classée parc national du Costa Rica et réputée pour ses fonds marins. je file seul dans le bateau de plongée, alors que Christian et Gaëlle prennent un autre bateau pour leur plongée en masque et tuba. À bord avec moi, un groupe de 5 Costa-Ricains qui semblent déjà bien se connaître, et qui me briffent sur la plongée entre deux histoires depuis leurs dernières retrouvailles.

La première plongée se déroule sur un banc rocheux à un peu plus de 20 mètres de profondeur. La descente se fait au milieu d’immenses bancs de poissons qui viennent tournoyer autour de nous. C’est un véritable arc en ciel qui nous surplombe, et il ne faut pas oublier de se retourner de temps en temps pour apprécier la danse de ses immenses bancs de poissons qui vont jusqu’à couper la lumière du soleil. Plus bas, ce sont quelques murènes qui disparaissent à notre arrivée, suivi de poulpes qui se glissent dans les fissures.

Au détour d’un rocher, on aperçoit un superbe requin presque aussi grand que moi, qui file à son affaire. À vrai dire c’est la bonne saison et l’on en voit une paire un peu plus loin, tout aussi beaux, avec cette peau lisse et rugueuse, et l’œil en amande du prédateur. On croise aussi une raie manta qui ondule dans le courant, avant finalement de remonter, des poissons plein les yeux.

Pour la pause on file sur une plage de l’île pour souffler un peu. L’air frais de la mer nous donne une température idéale pour se poser, avec une boisson hyper sucrée et une barre de céréales pour recharger. Je retrouve Gaëlle et Christian qui ont assistés au même spectacle que moi vu de dessus avec palmes, masque et tuba ; et en prime plusieurs tortues ! Après s’être raconté nos aventures et s’être amusé des bernard-l’hermite qui sillonnent la plage, il est temps de retourner se mettre à l’eau.

La seconde plongée s’annonce un peu plus profonde que la première, à 30 mètres avec cette fois un banc de sable potentiellement habité. Ma précédente plongée sur un banc de sable n’avait pas été un franc succès, je suis toutefois curieux de voir ce que ce lieu propose. L’eau est extrêmement claire (bien plus qu’à Monterey), et l’on garde une très belle lumière malgré la profondeur.

On se retrouve rapidement posés sur le sable, et l’on croise nos première raies mantas géantes, dont l’envergure dépasse presque notre taille. À partir de là, c’est un défilé de requins et de raies mantas, venus ici profiter du plancton et se faire nettoyer par les plus petits poissons. On ne sait plus où donner de la tête, nous sommes entourés de ces merveilles aquatiques. Un jeu amusant est d’arriver à trouver les raies mantas tapies dans le sable, dont seul l’immense queue dépasse légèrement. On peut se poser alors à quelques mètres d’elles, et deviner leurs formes, observer leurs branchies qui s’ouvrent pour brasser l’eau, les yeux qui nous observent, jusqu’à ce qu’elles filent dans un tourbillon de sable, puis une ondulation gracieuse, telles des vagues formées par leur corps. On croise aussi des requins nageant au dessus de nous, ou posés sur le banc de sable. Une d’entre elles est d’ailleurs bien posé, un peu plus loin, et on peut voir son ventre bien gonflé de petits requins qu’elle attend pour bientôt. Enfin on croise deux poulpes en pleine étreinte aquatique, et pas besoin de connaître les signes sous-marins pour communiquer dans ce cas-là 😉

Sorti de l’eau, j’enlève vite mon équipement, le bateau avec Gaëlle et Christian m’attend déjà depuis un petit moment. Pas même le temps de dire au revoir que je saute sur l’autre bateau, et l’on file vers la côte de la péninsule d’Osa. Là-bas, un pique-nique bien généreux et couvert de fruits frais nous attend, avant une sieste bien méritée, bercés par le rythme des vagues.

Publicités

Commente moi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s