Wyoming : En route pour le Grand Teton

Nous sommes début Septembre. Après avoir survécu à l’été Texan, il est temps d’aller prendre l’air dans le Wyoming. Notre objectif ? Les parcs nationaux de Grand Teton et de Yellowstone. Pour aller jusque-là, il faut tout d’abord 3h de vol jusqu’à Salt Lake City dans l’Utah, suivi de 5h de route pour arriver jusqu’à la chaîne des Tetons. Malgré l’affluence des parcs nationaux, le lieu est encore sauvage, loin de la civilisation. Et puisque nous avons un bout de route, pourquoi ne pas discuter un peu de ces Tetons ?

Le lieu a été baptisé les trois tétons par des trappeurs francophones. L’inspiration leur est venue à la vue des trois pics se détachant de la chaîne montagneuse, dans un évident élan de poésie dans la solitude du grand Ouest américain. En pleine verve, on trouve aussi leur trace dans la vallée de Gros Ventre toute proche. Connaissant le pudibonderie américaine, il est toutefois étonnant que l’un de leur parc sois nommé après un téton. À vrai dire, la simple vision du téton de Janet Jackson lors du Super Bowl™ avait causé un scandale national. Après avoir discuté avec plusieurs collègues, j’ai réalisé que personne ne comprenait le nom du parc. Je me balade donc depuis fièrement avec un t-shirt du Grand Teton et un sourire jusqu’aux oreilles.

Le parc ne connaît pas le même succès que son célèbre voisin volcanique de Yellowstone. Il gagne en sérénité loin des hordes de touristes assoiffées de selfies. L’imposante chaîne des Tetons fait face à une grande plaine, couverte d’herbe dorée par le soleil, et séparée par un immense lac. Les plaines comme les montagnes sont habitées par une grande diversité d’animaux sauvages qui font la réputation de la région.

Tout juste arrivé dans le parc, après notre journée de voyage, nous avons pu en faire l’expérience. La route que nous empruntons alors serpente au cœur de la plaine, entourée de chaque côté par une dense savane. On s’arrête sur un parking pour se joindre à un groupe de personnes en pleine observation. Face à nous dans les hautes herbes, une pronghorn (antilope native d’Amérique) nous observe. Plus loin, on aperçoit un troupeau de bisons qui pait. Un couple nous enjoint à regarder dans leur lunette. On voit au premier plan la pronghorn, sereine dans la vallée. Plus loin, on aperçoit une masse noire à l’orée de la forêt. En regardant de plus près, on devine un grizzli dévorant un bison. Le voyage commence bien 🙂

Publicités

Commente moi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s