Passer le permis au Texas (1/2)

Un des avantages de partir vivre à l’étranger, c’est de pouvoir expérimenter la vie de tous les jours dans le pays. Parmi ces expériences, la découverte de l’administration est une étape incontournable. De plus, elle permet de mieux comprendre le fonctionnement du pays, et aussi de mieux apprécier les services de son pays d’origine. Bref, aujourd’hui, je me lance dans le passage du permis texan !

Le permis étranger est valide lors des 90 premiers jours aux États-Unis. Ensuite, il faut passer le permis de l’État pour avoir le droit de conduire. Vu l’importance de la voiture ici, c’est une des premières étapes après s’être installé, et le permis sert de carte d’identité, c’est dire combien il est essentiel !

Tout comme le permis français, il se passe en deux étapes: le code, puis la conduite. 10 ans après avoir passé mon permis en France, je me suis donc replongé dans le code. Même si la conduite ressemble à celle en France, il y a quelques différences bonnes à savoir. La première qui saute au nez, c’est que les feux sont après le croisement, et non avant. On l’apprends très vite lorsque l’on se retrouve arrêté au feu pour la première fois, en plein milieu du croisement !

En tant que piéton, on apprends aussi vite que les voitures ont le droit de tourner à droite au feu rouge, pour éviter de se faire écraser par un conducteur distrait. Sur la route, on a le droit de doubler à gauche comme à droite. Cumulé au fait que la voie de droite se transforme souvent en voie de sortie, et que les camions ont interdiction de rouler sur la voie de droite, la route se transforme vite en un chaos qui démontre que GTA est beaucoup plus réaliste que j’imaginai.

D’un point de vue pratique, l’examen du code est beaucoup plus facile qu’en France. Alors que l’examen français se compose de 40 questions avec un maximum de 5 fautes, le texan n’a que 25 questions et nécessite 70% de réponses correctes, soit un maximum de 7 fautes. L’examen n’a pas de questions pièges, c’est donc plus une formalité. Contrairement à la France, très peu de personnes passent par une école de conduite. Je me suis donc directement rendu au département de la sécurité publique (DPS), où ont lieu les examens.

Sur place, je tombe sur des bureaux vétustes d’une administration américaine largement sous-financée. Lors de 2 visites leur réseau était en panne sur un total de 4 visites. Malgré cela, pour le passage du code je suis tombé sur un agent fort sympathique et souriant. Il était originaire de l’est du Texas, près de la Lousiane, et était très fier de parler le créole français avec un superbe accent, laissez le bon temps rouler! Le réseau étant bien sûr en panne, il m’a rendu un grand service en notant toutes mes infos, pour pouvoir les saisir quand il serait de nouveau connecté. Je me suis acquitté de $25 pour passer les deux épreuves, puis j’ai passé le code sur un ordinateur dans le couloir.

Pour l’épreuve de conduite on peut se présenter avec ou sans rendez-vous. N’ayant pas de voiture et peu de temps à gaspiller, je prends un rendez-vous deux semaines à l’avance. Je m’arrange avec un collègue pour le passer avec sa voiture, pas besoin d’auto-école pour ça non plus. Je m’entraine la veille, en particulier les créneaux sur sa Honda Civic sans grande difficulté après m’être garé des années dans Lyon.

Le jour de l’examen, je me présente au DPS, pose mes papiers, puis je conduis jusque dans la file de passage du permis. C’est une véritable usine, avec un examen tous les 1/4h. Depuis ma file, je peux voir la première épreuve, systématique, le créneau entre deux poteaux en plastique. À vrai dire j’observe plutôt le massacre. La plupart des personnes n’ayant suivi aucune formation à l’auto-école, les poteaux se plient et les énormes pick-up grimpent sur les trottoirs. Plus tard, j’ai entendu un père rassurer son fils en lui disant que lui non plus ne savait pas faire de créneau !

Après le spectacle, à mon tour de passer à l’épreuve. L’examinateur fait le tour de la voiture, contrôle mes papiers, et c’est parti. Marche avant, marche arrière, un créneau, et me voilà sur la route. Je traverse un quartier résidentiel bien américain, des rues à angle droit, des stops. Je tourne à droite, à gauche, à droite, je reprends la route, je retourne au centre d’examen, et c’est bon, j’ai mon permis ! 3 semaines plus tard je le reçoit par le courrier, et je suis prêt à prendre la route avec Gaëlle, en attendant que ce soit à son tour de le passer…

Publicités

4 réflexions sur “Passer le permis au Texas (1/2)

  1. G dit :

    Dans GTA c’est plutot facile de se procurer un véhicule, et ca prend quelques secondes. ca aussi c’est vérifié dans la réalité? hihi

    J'aime

Commente moi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s