Le Colorado, c’est beau (beau) !

Silverthorne, le 5 juillet 2016.

On commence à peine à s’habituer à l’altitude du Colorado et voilà que nous devons déjà rentrer dans la moiteur texane. Afin de prolonger le plaisir jusqu’au bout, nous nous levons tôt pour une petite randonnée. Je prends le volant pour 40 minutes de route – entraînement au permis oblige – après un bout de chemin de terre tout cabossé et les chaussures mises aux pieds, il est l’heure d’aller marcher !

Le temps est couvert et il fait frais dans la forêt. La sente serpente entre les conifères et passe par un ruisseau que nous traversons sur des rondins de bois à plusieurs reprises. Les oiseaux se racontent leurs petites histoires que nous écoutons avec plaisir. Au bout d’un moment, nous perdons un peu la trace pour finalement rejoindre une cascade cachée parmi les branchages.

Les nuages gris et lourds de pluie commencent à s’essorer sur nos têtes recouvertes. Nous hésitons à poursuivre la balade car il nous reste presque 2 heures de route et un vol à prendre d’ici la fin de la journée. La pluie s’arrête alors continuons ! Nous grimpons un peu pour longer un ancien téléphérique abandonné qui a conservé tout son charme.

Un peu plus loin, nous arrivons au lac, source du ruisseau qui nous a accompagné jusqu’à présent. Des chipmunks courent encore et toujours à toute vitesse sur le sol humide. Une nouvelle flopée de nuages s’amoncelle au dessus de nous, il est temps de rentrer.

L’homme et la femme descendent en papotant sur la roche mouillée. La femme ne regarde pas où elle met ses pieds et se casse la margoulette. AÏE !

Bien sur j’ai atterri sur l’atèle que je portais au poignet droit. L’atèle est tordue et les doigts sont mécontents. J’arrive encore à les bouger nous voilà rassurés. Mais au fur et à mesure de la descente sous la bruine, ils gonflent et l’annulaire devient tout bleu. Une fois de retour à la voiture j’arrive tant bien que mal à me changer et je laisse le volant à Mickaël.

Et j’ai bien fait parce qu’on a failli avoir un accident deux fois en moins d’une heure… Entre le camion qui zigzague sur la voie d’à côté, et le pick-up qui nous double via le terre plein central on a eu quelques frayeurs. À côté de nous, une voiture passe d’une voie à l’autre, et se plante dans la voiture de devant ! Le retour est long : rendre la voiture de location, prendre l’avion, prendre la navette, arriver à la maison.

Une fois à l’appartement et affalés sur le canapé, Mickaël demande au frigo de nous fabriquer quelques glaçons pour faire dégonfler ma main. Le lendemain je vais acheter une atèle pour le doigt et le soir je reprends l’avion pour la France. 24 heures de voyage plus tard, arrivée à Lyon je me fais chouchouter par la frangine. Le lendemain radio, docteur, fracture, vous avez fait tout ce qu’il fallait, 3 semaines d’immobilisation. Youpee.

Sinon le Colorado c’est vachement bien, si vous pouvez, allez-y !

Publicités

Une réflexion sur “Le Colorado, c’est beau (beau) !

Commente moi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s