Austin City Limits

Trois jours de concerts. Trois jours de foule. Trois jours passés en plein cagnard avec du 30° à l’ombre. Trois jours à arpenter Zilker Park en long, en large et en travers pour respirer la poussière acre du sol piétiné.

Radioheaaaaaad ! 😀

Il y a plusieurs mois de cela on a vu que Radiohead allait jouer à Fourvière. Frustration intense. Puis ils ont annoncé plein d’autres dates, on a hésité à aller à New York. Hors de prix. Finalement la programmation d’ACL est dévoilée et quand on a vu qu’ils allaient jouer ici, on a bondit pour acheter nos jolis bracelets. Mickaël a complètement craqué et à acheté ceux pour les trois jours complets.

Et il a eu raison.

Vendredi soir, Radiohead. Un concert de deux heures incroyable, un éclairage impressionnant, et une énergie de folie. Thom Yorke était déchaîné, il faut dire que c’était son anniversaire !

Samedi, chaleur. Un peu de pop, une femme avec des fans pré-ados hystériques, du rap avec des basses tellement poussées que le sol semblait trembler. On est parti avant 6h, car week-end musique oblige on avait aussi réservé un concert de classique moderne dans une église près de chez nous.

Dimanche, trémoussage de fessiers. De la country, avec une femme, un groupe qui groove, et un Dieu du Texas, une Légende. Willie Nelson et ses tresses, annoncé par Matthew McConaughey en personne ! De l’électro aussi, pour finir avec LCD Soundsystem dans une super ambiance. Un peu comme à Fourvière où on lance les coussins à la fin du concert, ici ce sont des glow sticks qui nous sont jetés dessus dans un joli ballet de lumière. On est rentré fourbus en bus, avec des sticks plein les tifs !

Au delà de la musique, il y a le spectacle de la foule. Les hommes restent classiques – débardeurs et shorts – même s’il y a beaucoup de misters muscles, tandis que les femmes portent des tenues plus dénudées les unes que les autres ! Je n’ai jamais vu autant de bouts de fesses ou de décolletés ! Ni autant de coup de zébrures de coup de soleil d’ailleurs. Les selfies sticks sont interdits, par contre il y a eu un florilège d’étendards dont plusieurs drôles. Et un clin d’oeil à l’actualité, notamment aux propos à se vider les tuyaux d’un certain candidat à la présidence.

Une partie du festival est tournée vers les enfants, on en a vu de tous âges, avec ou sans casques de protection (on avait des boules quiès). On a aussi vu des gens faire tourner une carte bancaire poudrée pour sniffer la coke qui s’y trouvait.

Nous avons aussi pris un risque. Nous avons voulu conserver nos jolis bracelets en tissu en un seul morceau. C’est donc en rentrant épuisés que l’on a eu la bonne idée d’entailler le bout de plastique qui permet de les bloquer avec le plus gros couteau qui se trouve dans la cuisine. Promis pas de blessures, mais de jolis bracelets en souvenir de ce joli week-end musical.

Publicités

Une réflexion sur “Austin City Limits

Commente moi !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s